Dans sa lettre aux personnels, V. Peillon ne remet en cause ni la notion de socle commun, ni le LPC. Cependant, les formulations utilisées renvoient implicitement au débat sur la loi d ?orientation et de programmation : « La conception et les composantes du socle commun seront repensées. [...] Le livret personnel de compétences actuel est inutilement complexe. Il est trop tard pour le modifier pour la prochaine rentrée, mais il connaîtra des simplifications indispensables et des évolutions ». Elles constituent un appui pour ne pas tenir compte du LPC dans la pratique, et pour amplifier le débat dans les établissements sur le socle commun dans le cadre des Etats Généraux et des discussions sur la loi d ?orientation.

La loi Cherpion devant être abrogée, le dispositif d’initiation aux métiers en alternance (Dima) pour les jeunes âgés de moins de 15 ans est suspendu.

Les ERS (établissements de réinsertion scolaire) sont remis en cause, tandis que les internats d’excellence seront évalués, en particulier « sur leur rapport coût/amélioration de la réussite » afin de disposer « des éléments d’appréciation permettant d’orienter efficacement les moyens pour la réussite du plus grand nombre. »