16 septembre 2019

actu des établissements

Rentrée dans le 77 - grèves et mécontentements

Voir aussi la déclaration lue devant l’inspectrice d’académie adjointe, les élues du Conseil Départemental, et les représentants de parents d’élèves au CDEN du 9 septembre 2019 sur les budgets des collèges de Seine-et-Marne.

Comme nouveau slogan de rentrée notre ministre aurait pu entonner le célèbre « tout va très bien Madame la Marquise » tant il s’est auto-décerné de brevets d’autosatisfactions depuis la rentrée. Tout parait donc aller pour le mieux dans le meilleur des mondes de l’éducation nationale lorsque nous écoutons M. Blanquer.
La réforme du lycée et du baccalauréat menée au pas de charge, sans véritable concertation et rompant l’égalité devant l’examen et entre les établissements ? Une formidable manière de faire reculer les inégalités selon notre illusionniste en chef. Les problèmes de remplacement non pourvus ? Les classes surchargées dans trop de collèges et lycées ? La crise de recrutement sans précédent frappant nos métiers ? Des enseignants nettement moins payés que leurs homologues européens et ne gagnant plus que 1, 2 SMIC en début de carrière contre 2 dans les années 1980 ?
Tout cela n’a pas d’existence dans le monde idyllique mais irréel crée par un gouvernement plus prompt à diminuer l’imposition des plus fortunés qu’à fournir à l’éducation des moyens à la hauteur des besoins, permettant la réussite de tous les élèves et le bien être de ses personnels.
C’est une tout autre réalité qui nous remonte du terrain dans notre académie en général et en Seine et Marne en particulier. Depuis une semaine que les élèves ont repris le chemin des collèges et lycées il manque des dizaines d’enseignants dans les classes pour assurer les cours. Les exemples abondent de postes non pourvus , de BMP non assurés. Toutes les disciplines sont hélas concernées.
Actuellement il manque plusieurs supports pour assurer les heures en éco-gestion (au lycée Jacques-Amyot de Melun ou à Martin Luther King à Bussy), en physique-chimie (au lycée Balzac de Mitry ou au collège de Villeneuve sur Bellot), en Lettres ( au collège de Crécy la Chapelle), en technologie (au collège Corot de Chelles), en éducation musicale ( à la Ferté Gaucher), en SVT ( au collège Cousteau de Bussy et au collège de St Thibault des Vignes), en maths (au collège Anne Franck à Bussy) , en espagnol (au collège la Grange du bois de Savigny le Temple).
Nous pourrions ainsi multiplier les exemples tant le besoin en enseignants est criant d’un bout à l’autre du département.
Le ministère et le rectorat ne pourront faire longtemps le dos rond face à des familles inquiètes et des enseignants qui réclament partout les moyens de tout simplement pouvoir exercer convenablement leur métier.

3 collèges étaient en grève à cette rentrée sur des questions d’effectifs.
- collège Cousteau de Bussy st Georges : voir leurs revendications
- collège Anne Franck de Bussy st Georges : voir leurs revendications
- collège de Perthes en Gatinais : voir leurs revendications