Ce groupe de travail visait à affecter les personnels en détachement dans le corps des CPE, les TZR et les CPE en affectation fonctionnelle à l’année. Vous pouvez lire notre déclaration préliminaire ci dessous :

Notre brève déclaration complète celle de nos collègues enseignants : ceux dont nous partageons les élèves, les missions, le métier, mais plus le cadre légal !
Déjà, plus que les enseignants, l’implantation des BMP de CPE devient politique, presque tactique. Les besoins sont immenses, mesurés et connus. Pour le SNES-FSU, il vont de quarante postes relevant de l’extrême urgence à un millier si on voulait vraiment donner les moyens à l’éducation. Pour y répondre, parcimonieusement, une quinzaine de BMP et une trentaine de stagiaires sont saupoudrés sur l’académie. Non entendons bien l’Inspection se défendre de l’usage des stagiaires comme moyens, mais même les IPR reconnaissent que, sur ce point, ils n’ont plus le dernier mot.
Cette année, le saupoudrage atteint un seuil critique. Ce ne sont plus des CPE que l’on accorde aux établissements en demande, mais des demi-CPE ! Des demi-CPE ! qui travailleront sur l’élève dans sa globalité … à moitié ! Des interlocuteurs privilégiés de tous les membres de la communauté éducative … ou de celle de l’établissement voisin, au gré des jours. Si ces besoins peuvent exister, en particulier sur des compensations de temps partiel, l’usage que vous vous apprêtez à en faire dépasse cela. Dix-huit demi postes, plus du double de l’année dernière ! Nous nous opposons à une telle dérive qui ne peut pas répondre aux besoins exprimés et qui ne peut que s’avérer destructrice pour les personnels.
De toute façon, cette dispersion ne peut faire face aux besoins. Le nombre de TZR continue de décroitre, pour tendre à zéro dans certaines zones. Depuis longtemps déjà, ils ne répondent plus à leur première mission, le remplacement alors que celui-ci sera encore massivement indispensable cette année.
Tout en remerciant la DPE d’avoir fait figurer clairement les rattachements administratifs des collègues, nous rappelons que, conformément aux textes officiels, chaque collègue arrivant sur ZR devrait prendre connaissance de son RAD dès la CAPA. Cette question est préoccupante pour les nombreux collègues néo-titulaires arrivant dans notre académie en tant que TZR comme vous le rappelaient nos collègues enseignants. Nous renouvelons notre demande de réouverture du serveur pour cette période, pour les CPE affectés en extension comme TZR.
Pour les TZR formulant des préférences hors délais du fait d’un manque d’information officielle, nous demandons à ce que leurs préférences soient un minimum prises en compte par la DPE 2 qui continuera à les affecter.

Ce groupe de travail s’est conclu deux heures plus tard sans que tous les TZR n’aient été affectés. En effet, l’administration refusait de prendre en compte des postes connus comme libres sous prétexte de non transmission d’informations entre services. Surtout, il nous a été opposé que ce groupe de travail n’avait pour vocation que d’affecter les personnels ayant transmis des voeux et pas les autres, ce en quoi le rectorat a bien dû reconnaître que le recueil des préférences des TZR posait aussi problème.
Les personnels non affectés ce jour le seront ultérieurement par la DPE 2.