2 octobre 2018

actu des établissements

AMIANTE : Les personnels du Lycée Georges Brassens de Villeneuve-le-Roi toujours en droit de retrait après un incendie.

Communiqué de presse du mercredi 10 octobre 2018
Lycée Georges Brassens de Villeneuve-le-Roi

Aujourd’hui, les professeurs mobilisés ont poursuivi l’exercice du droit de retrait, malgré l’injonction à la reprise du travail envoyée hier soir par le recteur de l’académie de Créteil.

L’absence de passage de la commission de sécurité, de la CHSCT et d’expertise du double flocage amianté, après l’incendie du 29 septembre 2018, notamment des salles situées sous l’inondation, ne rassure pas l’équipe pédagogique, toujours confrontée à un sentiment de danger grave et imminent.
Puisque les recommandations adressées à la région par le rapport de l’ARS du 17 janvier 2018 n’ont pas été suivies, un nouvel accident amiante n’est pas exclu.

La réponse du recteur nous semble inadaptée face à la gravité de la situation. En effet, il ne répond que sur la qualité de l’air, mais pas sur les causes de l’incident amiante de novembre 2017 et de l’incendie de septembre 2018.

Malgré les pressions de notre hiérarchie, nous poursuivons notre mobilisation pour la santé des élèves et des personnels, tout en assurant au mieux le lien pédagogique.

Lettre ouverte du 8 octobre des personnels mobilisés du lycée Brassens de Villeneuve le Roi

Le Recteur devrait nous faire parvenir une injonction écrite de reprise des cours d’après la Proviseure. C’est une démarche très rare qui engage la responsabilité du rectorat.

Cette injonction nous apparaît prématurée au regard des conditions de sécurité actuelles du bâtiment.
Un étage complet est condamné sans fermeture hermétique.
Une salle présentant des flocages amiantés, jugée non dangereuse mardi, a été fermée soudainement mercredi par le technicien ; il nous a par ailleurs précisé ne pas avoir le temps de vérifier toutes les salles.

La situation ne cesse d’évoluer ; comment nous sentir en sécurité ?

- Aucun rapport écrit du bureau incendie
- Aucun rapport écrit sur l’état de structure du bâtiment
- Aucune visite de la CHSCT
- Aucune visite de la commission sécurité incendie.

Ce matin un professeur est entré dans le bâtiment lycée, mais devant la forte odeur et les plaintes de ses élèves, s’est mis en droit de retrait.

Nous souhaitons attirer l’attention sur les nombreux élèves présentant des problèmes respiratoires. Sont-ils en sécurité ?

Lettre ouverte de l’équipe éducative du lycée Georges Brassens de Villeneuve-le-Roi

Aujourd’hui, jeudi 4 octobre 2018, la grande majorité de l’équipe éducative du lycée Gorges Brassens a décidé de se mettre en droit de retrait suite à l’incendie qui s’est produit samedi 29 septembre.

Rappel des faits :
Samedi, un incendie s’est déclaré dans une salle de stockage de physique du premier étage, qui s’est ensuite propagé dans une salle attenante ; une importante fuite d’eau ayant ruisselé jusqu’à la cour s’est produite au même moment. Les pompiers ont maîtrisé l’incendie, mais ont dû casser vitres et portes du premier étage. Celui-ci est donc inutilisable et condamné jusqu’au déménagement dans les préfabriqués. Cet incendie s’est produit dans un établissement amianté.

Les informations orales qui nous parviennent sont contradictoires et très inquiétantes :

-  Les expertises réalisées par la région contredisent les protocoles mis en place l’an passé : en effet elles ont été faites fenêtres ouvertes, alors que les experts nous avaient recommandé de faire celles-ci portes et fenêtres fermées pour ne pas fausser les résultats. Nous n’avons à l’heure actuelle aucune information écrite sur les nouveaux rapports d’expertise.

-  Pour les infiltrations liées au dégât des eaux, un simple contrôle visuel a été effectué après l’incendie et a conclu à un flocage sec. Or un nouveau contrôle effectué dans la salle 7 (située sous le foyer de l’incendie) ce mercredi 3 octobre a montré que le faux-plafond a changé d’aspect. La salle a été condamnée.

-  Les causes de l’incendie sont toujours inconnues : il semble être accidentel et le dégât des eaux ferait suite à l’incident.

A l’heure actuelle, nous sommes inquiets de la réouverture si rapide de l’établissement alors que les expertises et le travail des commissions sont toujours en cours. Nous réaffirmons notre sentiment d’insécurité et de danger. Nous sommes dans l’incertitude face à l’évolution inquiétante des réponses que l’on nous apporte.

L’historique des incidents au lycée Georges Brassens a montré que la Région et le Rectorat ne prenaient pas assez en considération la santé et la sécurité des élèves et du personnel.

Nous demandons toujours le passage, dans les plus brefs délais, d’une autorité indépendante (commission départementale de sécurité et CHSCTA) pour garantir que els locaux sont sains pour els élèves et personnels.

Nous avons demandé à reprendre nos cours au plus vite dans des locaux sécurisés.

L’équipe éducative du lycée Georges Brassens

Lettre au Recteur :

Monsieur le Recteur ,

Nous vous informons qu’un incendie a eu lieu dans les locaux du lycée Brassens à Villeneuve le Roi, samedi 29 septembre, au 1er étage, dans la réserve de physique-chimie. Une inondation s’est également déclarée dans des conditions que nous ne connaissons pas encore.

Nous sommes particulièrement inquiets des suites de cet accident au vu de la quantité importante d’amiante présente dans le flocage et de la grande vétusté des locaux.

Les expertises quant au taux de fibres d’amiante présentes dans l’air, menées à ce jour, ne nous semblent pas fiables ; en effet elles ont été réalisées dans des locaux aux fenêtres et portes brisées lors de l’intervention des pompiers. Nous demandons que des tests avec lingettes soient effectués à tous les étages du lycée pour déterminer la présence ou non de poussière d’amiante.

Quant aux infiltrations, un simple contrôle visuel a été effectué et a conclu à un flocage sec. Nous considérons qu’au vu de l’importance de l’inondation, un nouveau contrôle plus approfondi (avec sondages) s’impose dans les jours qui viennent. Nous vous rappelons que l’amiante est également présent dans les peintures murales et dans les dalles au sol.

Nous demandons à ce que la ventilation soit également isolée au niveau du 1er étage et fasse l’objet d’un nettoyage pour les autres étages, et à ce que les filtres soient changés.

Nous nous inquiétons de ne pas connaître les origines de cet incendie et nous souhaiterions être tenus au courant des résultats de l’enquête.

Nous demandons le passage de la Commission départementale de sécurité et celui du CHSCTA.

Tous ces points sont indispensables à une reprise sereine des cours.

Nous sommes extrêmement préoccupés par cette situation et nous ne voudrions pas exposer les élèves, qui sont sous notre responsabilité, à de potentiels dangers.

Nous souhaitons pouvoir reprendre nos cours le plus tôt possible mais dans des locaux où nous pourrons travailler en toute sécurité. Nous sommes donc prêts à délocaliser les cours en attendant la venue des commissions.

Confiants que vous saurez mettre tout en œuvre pour assurer la sécurité de tous, nous vous prions de croire, Monsieur le Recteur, en notre dévouement républicain.

L’équipe enseignante et éducative du Lycée Brassens.

A l’attention de Monsieur le Préfet
Monsieur Laurent Prévost
pref-secretariat-cp@val-de-marne.gouv ;fr

A Villeneuve-le-Roi, le 5/10/2018

Monsieur le Préfet,

Un incendie et une inondation ont eu lieu dans les locaux du lycée Brassens à Villeneuve le Roi, samedi 29 septembre, au premier étage, dans la réserve de physique-chimie.

Nous sommes particulièrement inquiets des suites de cet accident au vu de la quantité importante d’amiante présente dans le flocage et de la grande vétusté des locaux.

Les expertises quant au taux de fibres d’amiante présentes dans l’air, menées à ce jour, ne nous semblent pas suffisantes. Nous demandons que des tests avec lingettes soient effectués à tous les étages du lycée pour déterminer ou non la présence de poussières d’amiante.

Quant aux infiltrations, un simple contrôle visuel a été effectué sans soulever les dalles de faux plafond et a conclu à un flocage sec. Nous considérons qu’au de l’importance de l’inondation, des analyses plus approfondies (avec sondages) s’imposent dans les jours qui viennent. Nous vous rappelons que l’amiante est également présente dans les peintures murales et dans les dalles au sol. Aucun écrit ne nous a été transmis sur l’état du flocage potentiellement touché par l’inondation, ni sur l’état général du bâtiment.

Nous nous inquiétons de ne pas connaître les origines de cet incendie et nous souhaiterions être tenus au courant des résultats de l’enquête.

Nous demandons le passage de la Commission départementale de sécurité et celui du CHSCTA.

Tous ces points sont indispensables à une reprise sereine des cours.

Nous sommes extrêmement préoccupés par cette situation et nous ne voudrions pas exposer les élèves, qui sont sous notre responsabilité, à de potentiels dangers.

Confiants que vous saurez mettre tout en œuvre pour assurer la sécurité de tous, nous vous prions de croire, monsieur le Préfet, en notre dévouement républicaine.
L’équipe enseignante et éducative du Lycée Brassens

Communiqué du 1 octobre des personnels enseignants et d’éducation mobilisés du Lycée Georges Brassens de Villeneuve-le-Roi

Rappel des faits :

- Samedi 29/10/2018, un incendie s’est déclaré dans une salle de réserve de physique du premier étage du bâtiment lycée. L’incendie s’est propagé dans une salle attenante et a provoqué un dégât des eaux important consécutif à la combustion d’une canalisation. Les pompiers sont intervenus et ont maîtrisé le feu.
- Les cours ont alors été suspendus pour permettre divers tests : vérification du bâti, des circuits électriques, infiltrations d’eau et mesures du taux d’amiante dans l’air.
- Au vu de l’importante quantité d’amiante présente dans les murs, la colle des dalles au sol et dans les flocages aux plafonds, l’équipe des personnels enseignants et d’éducation mobilisés estime que les tests ne permettent pas d’évaluer correctement les risques consécutifs à cet incendie et à l’infiltration d’eau. En effet, les mesures d’air ont été effectuées fenêtres et portes ouvertes (contraire au protocole demandé par la société mandatée par la Région lors de l’incident amiante de décembre 2017). De plus, une simple vérification visuelle des flocages du RDC paraît insuffisante au regard du risque que représente le contact de l’eau et de l’amiante.

C’est pourquoi nous demandons :
-  Des prélèvements en surface afin d’évaluer les risques d’exposition à l’amiante
-  Des prélèvements dans les flocages du RDC afin d’évaluer l’ampleur de l’infiltration
-  Le passage de la Commission Consultative Départementale de Sécurité et d’Accessibilité.
-  Le passage de Commission d’Hygiène de Sécurité et des Conditions de Travail Académique

NOUS DEMANDONS LA REPRISE DES COURS LE PLUS VITE POSSIBLE DANS DES LOCAUX SURS ET LA DELOCALISATION DES COURS EN ATTENDANT LA VENUE DES COMMISSIONS

Lettre ouverte du 4 octobre 2018