5 décembre 2018

actu des établissements

Les enseignant-es lycée Charlotte Delbo de Dammartin-en-Goële (77) contre la réforme et les cours à 70 élèves !

Un tract et une motion ont été adoptés ce matin en AG à 7h45 par les enseignants du lycée C. Delbo de Dammartin-en-Goële, 77

Motion en document joint

Les enseignant.e.s du lycée Charlotte Delbo, réuni.e.s le 04/12/18 en Assemblée Générale :

1) demandent qu’en cas de blocage ou de perturbation des cours, leur chef d’établissement communique avec l’ensemble de la communauté éducative de manière officielle ;

2) demandent un engagement écrit de la part de leur direction qu’aucune proposition de cours en amphi ne sera proposée en CA, ni de manière directe ni indirecte, dans le cadre de la préparation de la rentrée prochaine ;

3) demandent qu’aucune sanction ne soit prononcée contre les élèves ayant participé ou participant au blocage du lycée ;

4) déclarent leur solidarité avec les revendications des lycéen.ne.s qui se mobilisent actuellement dans notre lycée : abrogation de Parcoursup et de la sélection à la fac, abrogation de la réforme Blanquer du bac et du lycée, telles sont aussi nos revendications ;

5) demandent aux organisations syndicales de l’Académie de Créteil d’appeler les enseignant.e.s à être présent.e.s aux côtés des lycéen.ne.s mobilisé.e.s, comme l’a fait l’UD CGT du 31, de manière à s’assurer que leur mobilisation se tienne dans les meilleures conditions de sécurité pour eux ;

6) rejoignent la mobilisation des collectifs contre les réformes Blanquer d’Ille-et-Vilaine et du Tarn et de la Haute-Garonne et déploieront une banderole contre les réformes devant leur lycée ;

7) demandent à leurs organisations syndicales d’organiser un référendum pour que les enseignant.e.s puissent se prononcer sur les réformes en cours.

Tract en bas de page

ET DEMAIN, DES COURS À 70 ELEVES ?
Une réunion sur la mise en place de la réforme du lycée dans notre établissement a eu lieu le 30/11/18. Voici ce qui a été annoncé :
- Les 7 spécialités principales ne sont pas garanties.
Le Ministère ne garantit la présence des 7 spécialités principales que dans les lycées comportant au moins 5 classes de 1res générales. Or notre lycée n’aura que 4 classes de 1res générales, qui seront toutes à 35. A moins que le rectorat n’ accorde une rallonge de moyens à notre lycée (ce qui n’est pas du tout certain), une partie des spécialités seront financées sur la marge d’autonomie de l’établissement : il faudra donc rogner partout ailleurs.
- Il n’y aura en particulier aucune heure en effectifs réduits ni en français, ni en maths, ni en histoire-géo, ni en EMC... Il n’y en aura qu’en TP de SVT et de physique et en langues. Partout ailleurs, les cours auront lieu à 35.
- Notre chef d’établissement nous a même proposé qu’en tronc commun, plusieurs groupes de 35 soient rassemblés sur certaines heures dans l’amphi de manière ponctuelle ou permanente.

Nous nous y sommes opposés lors de la réunion de vendredi mais ce n’est pas nous qui déciderons.

- Les cours de toutes les spécialités seront alignés dans les 4 classes de 1re générales et les élèves seront tous mélangés, quelles que soient leurs spécialités. On imagine ce à quoi ressembleront les emplois du temps. La cohérence du groupe-classe est menacée.
- Pour que les élèves puissent aller dans la filière du supérieur qu’ils veulent après leur bac, il faudra qu’ils aient choisi les spécialités exigées par les facs pour aller dans cette filière dès la fin de leur 2nde. Les attendus des filières du supérieur sur Parcoursup seront calqués sur les spécialités suivies au lycée : choisir des spécialités, c’est donc se fermer des portes à un moment où la majorité des élèves ne savent pas encore ce qu’ ils souhaitent faire. Or dans notre lycée, les 54h d’orientation par an prévues par la réforme n’auront en plus pas lieu.
Les heures d’AP seront alignées pour tous les élèves et la PsyEN ne participera à leur animation qu’à raison d’1h par semaine pour l’ensemble des Secondes.
Et pour les 1res, rien n’est prévu.

Nos revendications :
- Aucune perte d’heure, aucun poste supprimé :
- Aucun cours à plus de 25 élèves, comme le demandent les gilets jaunes ;
- Abrogation de la réforme Blanquer du lycée, qui vise à faire des économies sur le dos de nos élèves ;
- Abrogation de Parcoursup, qui prive nos élèves du droit à s’inscrire à la fac dans la filière de leur choix.

Collectif contre les réformes Blanquer et contre Parcoursup du lycée Charlotte Delbo de Dammartin-en-Goële(77), avec le soutien de la section SNES-FSU.