16 juin 2020

la carrière et les muts

Mouvement intra : Satisfait.e.s ? Pas vraiment

Mouvement intra : Satisfait.e.s ? Pas vraiment

Dès vendredi 12 juin, le rectorat de Créteil communiquait autour des résultats de l’intra écrivant que :
-  Grâce à une « campagne de communication exceptionnelle », le nombre de participant.e.s au mouvement était en augmentation,
-  83,1% des candidat.e.s à mutation avaient obtenu satisfaction contre 77,8% en 2019.

Cette communication mérite d’être dénoncée et décryptée, d’abord parce qu’elle laisse supposer que le mouvement s’est mieux déroulé sans la présence des commissaires paritaires, ce qui est totalement faux, mais surtout parce que ce qu’elle décrit est bien loin de la réalité vécue par les collègues concerné.e.s.

Concernant la hausse de la participation :
-  Elle est anecdotique puisqu’elle est de 0,0077%.
-  Il s’agit d’un indicateur qui, sans précisions supplémentaires (nombre d’entrant.e.s dans l’académie notamment), n’a aucun sens et n’apporte aucune précision. On pourrait tout aussi bien l’interpréter comme une volonté accrue des collègues de quitter leur établissement d’affectation tant les conditions d’exercice dans l’académie se dégradent.

Concernant la hausse de la satisfaction, il est important de préciser ce que signifie « satisfaction » au regard du mouvement.
Sont considéré.e.s comme ayant obtenu satisfaction, les collègues qui sont affecté.e.s sur un des vœux formulés.
On est bien loin ici de la définition du Larousse : Voir son attente ou ses désirs comblés, être content.e de ce qu’on a ou de ce qui est.

A Créteil, une grande partie des participant.e.s à l’intra sont participant.e.s obligatoires au mouvement car entrant.e.s dans l’académie. Avons-nous besoin de rappeler au rectorat de Créteil que ces collègues ainsi nouvellement affecté.e.s se retrouvent souvent loin de leur famille, sans l’avoir choisi, qu’on les incite fortement à formuler un maximum de vœux afin d’éviter la procédure d’extension ? Peut-on réellement considérer qu’un ou une de ces collègues, lorsqu’il ou elle est affecté.e sur son 25e vœu, est satisfait.e au sens où s’en félicite le rectorat ?

Peut-on considérer qu’un.e collègue est satisfait.e alors que les années précédentes, les commissaires paritaires auraient fait corriger les erreurs et amélioré de nombreuses situations, ce qui lui aurait peut-être permis d’obtenir un vœu de rang supérieur ?

Peut-on considérer qu’un.e collègue a réellement obtenu satisfaction lorsque son barème est erroné ou lorsque celui-ci a été modifié pendant la phase d’affichage sans qu’il ou elle en soit averti.e ?

Peut-on considérer qu’un.e participant.e au mouvement est satisfait.e lorsqu’il ou elle ne peut s’assurer que les affectations sont faites au plus fort barème puisque le rectorat refuse de communiquer les barres infra-départementales ?

Il est donc tout simplement indécent de la part du rectorat de se féliciter d’un tel résultat et de telles procédures qui sont bien loin de garantir l’équité à laquelle les candidat.e.s au mouvement ont droit.